QUELS TRAITEMENTS POUR LA MALADIE DE LYME?

De nombreux protocoles existent. Quelque soit le protocole choisi, il est important de drainer et d’évacuer les toxines avec:

  • Des plantes nettoyantes du foie des reins du sang…
  • Des bains chaud à 40°, saunas et hammam car les borrélies n’aimant pas la chaleur et les toxines sont évacuées par la peau.
    Pour illustrer l’approche globale de soin permettant de traiter cette maladie infectieuse chronique voici ce que l’on peut déterminer :
Approche de soin de la maladie de Lyme

1/ TRAITER LA MALADIE DE LYME AVEC LES ANTIBIOTIQUES

Il repose sur la prise orale d’amoxicilline et de cyclines (sauf chez l’enfant, les personnes allergiques et les femmes enceintes ou allaitantes qui doivent prendre des macrolides) pendant deux à trois semaines. En cas d’échec à l’antibiothérapie par voie orale, ou dans certaines manifestations très graves de la maladie de Lyme (encéphalite, névrite optique, trouble cardiaque), le médecin peut envisager la prescription d’antibiotiques par voie intraveineuse.
Il est conseillé de prendre ce traitement de suite après la piqûre de tique.

2/TRAITER LA MALADIE DE LYME PAR LE PROTOCOLE COWDEN

Le protocole Cowden a été développé par le Dr William Lee Cowden, MD (cardiologue et interniste) aux Etas-Unis.
Il utilise 14 produits en rotation du laboratoire NUTRAMEDIX. Vous pouvez les trouver ici:

https://yvettebernard.fr/330-produits-nutramedix

Le protocole lui-même est une approche holistique et multiforme de la guérison de la maladie de Lyme chronique par le biais d’antimicrobiens intenses et puissants qui s’attaquent aux trois formes de la maladie de Lyme (spirochète, kystique et forme L);

On peut trouver les produits suivants :
Contre SPIROCHETES:

MORA, ENULA, SAMENTO+ BANDEROL

Mora nutramedix yvette bernard                 Enula nutramedix yvette bernard                samento sans toa nutramedix yvette bernard  +  banderol nutramedix yvette bernard

Contre les corps sphériques:

MORA, HOUTTUYNIA+ ENULA, CUMANDA+ MORA, SAMENTO+BANDEROL, STEVIA

    HOUTTUYNIA DE NUTRAMEDIX  +  Enula de nutramedix    cumanda de nutramedix  +  Mora de nutramedix     Samento de nutramedix yvette bernard  + Banderol nutramedix yvette bernard  Stevia nutramedix yvette bernard

Contre les BIOFILMS:

MORA + STEVIA, ENULA, TAKUNA, BANDEROL , HOUTTUYNIA + ENULA, CUMANDA+MORA, SAMENTO+ BANDEROL

+                takuna pour les biofilms        houttuynia contre les biofilms +

cumanda contre les biofilms       samento sans toa nutramedix yvette bernard  +  Banderol nutramedix yvette bernard

Vous pouvez trouver le lien ou vous pouvez trouver ces produits en France en cliquant sur les images.

De plus, le Dr Richard Horowitz, fondateur d’ILADS et spécialiste de la maladie de Lyme aux Etats Unis, utilise fréquemment le protocole Cowden chez ses patients.

Après une étude de six mois, il a constaté que 70% de ses patients sous Cowden étaient restés en bonne santé pendant des mois voire des années, contre 99% de ses patients en rechute après avoir été traités uniquement avec des antibiotiques classiques.
Plus récemment, une étude d’observation de 9 mois a été réalisée en Allemagne au Centrum Augsburg. Achevée en 2012, cette étude a montré que 80% des patients présentaient des améliorations symptomatiques (via un questionnaire) et 90% des patients présentant des améliorations via des tests sanguins de laboratoire.
L’une des raisons du succès du protocole Cowden est le fait que les produits de défense microbienne ont une action à large spectre contre les bactéries, les champignons, les parasites et même les virus, et qu’ils sont anti-inflammatoires naturels et non toxiques. Lorsque l’on n’utilise que des produits pharmaceutiques, dont le spectre d’action est beaucoup plus étroit, de nombreux patients au stade avancé de la maladie de Lyme ne parviennent pas à se rétablir, car ils ne sont souvent pas en mesure de résoudre les diverses infections microbiennes restantes, avec le dérèglement immunitaire et la dysbiose intestinale, etc…
C’est l’un des protocoles les plus populaires car il est relativement peu coûteux au vu du nombre de produits utilisé.

Vous pouvez le trouver ici: https://yvettebernard.fr/protocole-dr-cowden
La durée de ce traitement, comme la plupart des traitements de Lyme, dépend de la gravité de l’infection chez le patient.

Ce protocole est facile à mettre en oeuvre grâce à une application à charger sur son téléphone portable ou sur sa tablette.

Application sur Androïd: ici
Application sur Iphone: ici

Le Dr Cowden suggère de rester sur le protocole jusqu’à ce que le patient se sente mieux pendant au moins deux mois consécutifs.
La majorité des patients suivent le protocole pendant six à douze mois.

Pour les personnes qui ne souhaitent pas faire le protocole COWDEN complet le choix d’utiliser l’un ou l’autre produit NUTRAMEDIX peut aussi avoir des résultats satisfaisants.
On peut s’orienter vers 3 axes:

1) MODULER L’IMMUNITE (Samento sans TOA)

samento sans toa nutramedix yvette bernard

2) ELIMINER LES TOXINES et métaux lourds (BURBUR PINELLA, PARSLEY, SEALANTRO …)

bubur pinella elimination des toxines et métaux lourds      mapalo nutramedix yvette bernard  parsley nutramedix yvette bernard

3) ELIMINER LES BACTERIES (faire son choix d’antimicrobiens et anti bactériens spécifiques en fonction des co-infections).

banderol Nutramedixmora Nutramedix

Voici des informations qui pourraient vous aider dans votre choix.

Nom du produit contre les patogènes

  • Mora: anti bactérien staphylococcus aureus, streptococcus pneumonia et clostridium perfringens
  • Enula: antibactérien et anti fongique Bacillus cereus, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus, Escherichia colis, Klebsiella pneumonia et Aspergillus parasiticus
  • Stevia: Antimicrobien Staphylococcus aureus, Bacillus subtilis, Vibrio cholera, Bacillus subtilis, Micrococcus luteus, Serratie marcenscens, Pseudomonas aeruginosa, Bacillus megaterium, Escherichia coli et Proteus vulgaris
  • CUMANDA: Antiparasitaire, antifongique, anti-viral Plasmodium falciparum
  • HOUTTUYNIA: Antibactérien Salmonella typhimurium
  • SAMENTO: Antibactérien Borrelia burgdorferi et Pseudomonas aeruginosa
  • BANDEROL: Antibactérien Borrelia burgdorferi
  • TAKUNA: Antibactérien Escherichia coli et Bacillus subtilis
  • BARBERRY: Anti microbien et anti-fongique Staphylococcus aureus et Candida SP
  • QUINA: Antimalaria Plasmodium falciparum

2/PROTOCOLE BUHNER

Le protocole Buhner utilise l’Andrographis, la renouée du Japon, la griffe du chat, l’astragale de Chine et l’éleuthérocoque.
Le cœur du protocole est développé autour de 5 axes :

  • Protection de l’endothelium :

    L’endothélium est le tissu formé de cellules plates et constituant le revêtement interne du cœur et les vaisseaux.endothelium
    La borrelia s’immisce à l’intérieur de nos tissus en pénétrant au travers des cellules endothéliales, et il est impératif de protéger ces cellules pour empêcher la borrelia de se dissimuler aux endroits où le système immunitaire ne pourra pas l’atteindre. Cela rend la bactérie vulnérable aux attaques du système immunitaire, elle qui a une capacité incroyable à s’enkyster: pour cela il faut utiliser:
    Racines de Polygonum cuspidatum (Renouée du Japon).

  • Remodulation des cytokines :

    Les cytokines sont des messagers inflammatoires fabriqués par notre système immunitaire ainsi que par la borrelia.
    Calmer cette cascade permet une réduction des symptômes de la maladie ainsi que des problèmes d’auto-immunité associés.
    Dans ce cas il faut utiliser la
    Salvia miltiorrhiza (SAUGE ROUGE OU DAN SHEN), et du Scutellaria baicalensis.

Vous pouvez le trouver ici: https://-sauge-rouge-dan-shen-salvia-miltiorrhiza

  • Restauration du collagène :

    C’est une protéine la plus importante de notre corps.
    C’est ce qui vous lie littéralement.
    Trois brins de protéines se tissent pour former une fibre de collagène. Et les fibres de collagène se rejoignent pour former les tendons et les ligaments qui soutiennent l’ensemble de notre squelette.
    Le cartilage des articulations est constitué de collagène.
    Il est également présent dans les muscles et les os pour un soutien accru. Sans collagène nous serions un tas d’os sur le sol.
    Le collagène fournit également un soutient à la peau, aux ligaments, aux vaisseaux sanguins, aux muscles cardiaques et aux valves, aux gencives, aux yeux, aux intestins et à tout ce qui doit être soutenu dans le corps.
    C’est dire que le collagène est vraiment important.

    collagene
    Pour se nourrir, la borrelia détruit les structures de notre corps qui sont faites de collagène.
    Il en est de même avec la multitude de microbes dans notre corps que nous ayons ou non une maladie chronique liés aux microbes, tel que la maladie de Lyme ou la fibromyalgie.
    Au plus notre collagène est détruit, au plus les symptômes de la maladie sont aigus.
    Chez les personnes en bonne santé, la décomposition du collagène par les microbes est probablement très faible. Leur système immunitaire est capable de contrôler les microbes de sorte que des dommages importants ne s’accumulent pas, et ils sont capables de reconstruire en permanence un nouveau collagène.
    La perte nette de collagène due aux microbes ne se produit que si les fonctions du système immunitaire sont compromises et si les microbes peuvent se développer, auquel cas les choses peuvent rapidement dégénérer. La maladie de Lyme chronique en est probablement le meilleur exemple.
    Parmi les microbes dégradant le collagène les espèces de mycoplasmes sont les plus étudiées. En 2000, un groupe de chercheur a publié ses conclusions dans le Journal of Clinical Microbiologie par rapport au lien entre mycoplasme-arthrite.
    Ils ont pu détecter Mycoplasma fermentans dans 88% des cas de polyarthrite rhumatoïdes et d’autres formes d’arthrites, notamment spondylarthrite ankylosante, l’arthrite chronique juvénile, la goutte et le rhumatisme psoriasique.
    Plus tard, dans une étude de 2006, le même chercheur a découvert Mycoplasma pneumoniae, cause fréquente de bronchites infantiles et de pneumonie chronique de bas grade, chez 79% des patients atteints de polyarthrites rhumatoïdes inclus dans l’étude, 80% des patients souffrant d’arthrose et de 100% d’entre eux avec d’autres types d’arthrite chronique.
    Le mycoplasme est un microbe remarquablement répandu dans la population humaine. De 40 à 60% des personnes en bonne santé sont dépistées positives.
    En fin de compte, tout le monde héberge des microbes susceptibles de dégrader le collagène – ils attendent une opportunité.
    Certains microbes sont plus menaçants que d’autres.
    Que vous deveniez malade ou souffrant des symptômes associés à la dégradation du collagène dépend de 3 facteurs:

  • Génétique: Certaines personnes sont plus susceptibles que d’autres aux maladies rhumatoïdes.
  • Microbes: le type de microbes que vous attrapez au cours de votre vie et que vous portez dans vos tissus peut augmenter votre risque.
  • Fonction du système immunitaire: Les facteurs qui, au cours de votre vie, se combinent pour perturber le système immunitaire ont une incidence sur la résistance de vos défenses contre les microbes dégradant le collagène.

Que faire pour protéger le collagène?

  • Supprimez les microbes dégradant le collagène avec la phytothérapie
    Bien que les principaux exemples ci-dessus soient les mycoplasmes et les borrélies, il existe de nombreux microbes connus pour décomposer le collagène – ce qui signifie que vous ne pouvez pas en cibler un seul.
    De plus, la plupart de ces microbes entrent dans la catégorie des microbes furtifs , qui vivent à l’intérieur des cellules (intracellulaires), se développent très lentement et sont largement distribués à faible concentration dans les tissus de l’organisme.
    Plus particulièrement, ils sont tous notoirement résistants à ultranationalistes conventionnelle.
    Une meilleure approche consiste à prendre certaines herbes aux propriétés antimicrobiennes connues, qui fonctionnent différemment des antibiotiques classiques.
    Au lieu d’un produit chimique puissant, les herbes contiennent des centaines de composés chimiques réputés pour supprimer les microbes – elles frappent les microbes de différentes directions à la fois .

Lorsque plusieurs herbes antimicrobiennes sont combinées, les avantages sont synergiques. Ils soutiennent également des fonctions immunitaires optimales et fournissent des antioxydants protecteurs. On trouve l’ Andrographis , la Griffe du chat , la Renouée du Japon, la Sarsaparille , l’ Ail et la Berbérine .

Cliquez sur les textes en bleu pour trouver les produits

  • Soutenez votre système immunitaire

Un système immunitaire en bonne santé est essentiel pour rester en santé et protéger le collagène.
Non seulement les adaptogènes aident-ils à réduire l’inflammation dommageable, mais ils renforcent également la capacité du système immunitaire à faire son travail en équilibrant les hormones et en augmentant la résistance au stress.
Les adaptogènes courants à base de plantes avec des propriétés d’immuno-équilibrage comprennent le Reishi , le Cordyceps , l’Ashwagandha, la Rhodiola et l’ Eleuthérocoque.

  • Soutenir le corps en collagène
    Le collagène dans votre corps est constamment dégradé et reconstruit. Un régime alimentaire sain est essentiel pour fournir de nouvelles matières premières pour la construction d’un nouveau collagène. Au sommet de cette liste figurent le chou frisé et d’autres légumes à feuilles vert foncé, les concombres, le saumon, les sardines, les œufs, le céleri et les olives .

Le bouillon d’os est la dernière tendance en matière de santé pour soutenir le collagène. En effet , le bouillon d’os fournit tous les ingrédients nécessaires à la reconstruction du cartilage, composé de collagène . Vous pouvez en fabriquer vous-même et en voici la recette.

Pour préparer du bouillon d’os, il vous faudra :
environ 2 kg d’os de boeuf, poulet, canard, dinde, agneau ou poisson
2 c. à soupe de vinaigre de cidre
des épices (sel, sauce à poisson, tamari, etc.)
des légumes (oignons, ail, carottes, céleri, etc.)bouillon d os
des herbes aromatiques (persil, laurier, thym, origan, etc.) en option, des champignons secs
Comment procéder
Placer tous les os dans une marmite, recouvrir d’eau filtrée, rajouter le vinaigre de cidre et laisser tremper 1 à 2 heures.

Réchauffer l’eau jusqu’à ébullition, puis écumer la mousse qui peut se former à la surface pendant la cuisson, car celle-ci contient des impuretés qui peuvent nuire au goût du bouillon.
Rajouter ensuite les légumes et autres ingrédients et mijoter à feu doux entre 12 et 48 heures selon le type d’os (voir ci-dessous) pour que les nutriments et minéraux des os puissent migrer dans le bouillon. A la fin de la cuisson, les os se décomposent, car ils ont perdu les minéraux des os, des cartilages et des tendons.
Filtrer ensuite le bouillon et jeter les os et légumes cuits dans le compost. Les os ainsi décomposés ne sont pas conseillés pour les animaux domestiques. Réfrigérer dans des bouteilles ou congeler. Le bouillon d’os se conserve quelques jours au frigo et 6 mois au congélateur.
Une fois refroidi, vous pouvez retirer le gras qui s’est accumulé à la surface et l’utiliser pour cuire des légumes, c’est une matière grasse saine. Le bouillon doit être gélatineux, c’est le signe qu’il contient beaucoup de gélatine.
Quelle durée de cuisson?
La durée de cuisson dépend des os, c’est le temps qu’il faut respecter pour que le collagène et les autres nutriments se libèrent des os:
poulet (6 à 24 heures)
boeuf (12 à 50 heures)
poisson (env. 4 heures)
Quel type d’os?
Choisissiez bien entendu des viandes bio et élevées de manière respectueuse, car les autres contiennent beaucoup moins de nutriments.
Volaille : la carcasse de 2 volailles cuites, ou 2kg de morceaux tels que le cou, les pattes, les ailes…
Boeuf : minimum 2 kg, os et cartilages avec un peu de viande
Poisson : les carcasses des poissons entiers cuits avec un peu de chairbouillon d os
Quelques recommandations
Il est important de mijoter et non cuire ou bouillir le bouillon, et d’éviter de le réchauffer dans un four à micro-ondes, car les températures élevées et les ondes dénaturent les acides aminés et les rendent toxiques pour le foie, les reins et le système nerveux. La cuisson élevée détruit aussi le collagène…
Consommer une tasse de bouillon chaud ou tiède aussi souvent que vous y pensez. Pour bénéficier de tous ses bienfaits, il est recommandé d’en consommer une tasse chaque jour, pur ou comme base de soupe ou de toute autre préparation culinaire.
Attention:
Dans de rares cas, certaines personnes ont des difficultés à métaboliser la glutamine, richement présente dans le bouillon d’os. Si vous ne vous sentez pas mieux en consommant le bouillon d’os, il vaut mieux faire une transition de quelques semaines à consommer du bouillon de viande (en laissant la viande sur les os et en ne cuisant que 2-4 heures) ou à bien enlever le gras du bouillon d’os, afin de passer la phase de sensibilité à la glutamine. Celle-ci est généralement due à un intestin très malade, une intoxication au plomb, un manque de vitamine B6 ou encore une exposition trop prolongée au glutamate de sodium (MSG).
Source: «simplement cru»

Manger de la gélatine est un moyen facile d’ajouter une réserve supplémentaire de collagène à votre alimentation.
Vous pouvez également obtenir du collagène sous forme de supplément; La dose recommandée est d’environ 6000 mg par jour de poudre de collagène mélangée dans un smoothie ou un shake.
(cartilage de requin….)
Un autre supplément à considérer est le silicium, qui est un élément nécessaire de la génération de collagène.
Le silicium naturel peut être obtenu à partir de la plante, de la prêle, ou de l’acide orthosilicique stabilisé, un liquide dosé à environ 20 gouttes par jour.
Parmi tous les suppléments destinés à soutenir le collagène et la fonction articulaire, la glucosamine est la plus scientifiquement prouvée .
La glucosamine est un précurseur des protéoglycanes, les produits chimiques nécessaires aux revêtements des articulations lisses.
Il stimule également la synthèse du collagène.
Avec l’âge, la synthèse normale de la glucosamine diminue, ce qui peut contribuer à l’arthrite. La dose recommandée de glucosamine est de 500 à 750 mg, deux fois par jour.

  • Minimiser les autres perturbateurs de collagène
    Les microbes ne sont pas les seules forces qui dégradent le collagène dans le corps.
    Il existe une variété de facteurs supplémentaires qui l’épuisent continuellement. Découvrez cinq autres grands délinquants ci-dessous, ainsi que des conseils simples pour naviguer entre eux.
    Sucre et amidon
    sucreLe glucose et le fructose – sucres de produits alimentaires transformés, sucre de table, sirop de maïs à haute teneur en fructose et sucre de fruits concentré – sont des craqueurs de collagène notoires.

Mauvais sommeil
Votre corps répare le collagène endommagé pendant votre sommeil, vous avez donc besoin d’au moins 8 heures de sommeil de qualité par nuit pour une santé optimale.
Toxines
Les toxines de toutes les variétés endommagent le collagène, mais le tabac en sature le corps.
Si vous fumez, il est temps d’arrêter. Et cherchez d’autres moyens d’empêcher les toxines de pénétrer dans votre corps en les ingérant, en les respirant ou en les absorbant par la peau.

Stress physique
Une activité physique extrême provoque une usure excessive des articulations et des ligaments.
Recherchez des exercices à faible impact, plus faciles pour votre corps. Par exemple, le léger étirement du yoga aide à maintenir des ligaments en bonne santé, une bonne posture et un bon soutien du squelette, ainsi qu’à réduire le risque d’ostéoporose.
Lumière du soleil
Les rayons ultraviolets, infrarouges et visibles du soleil sont de puissants croqueurs de collagène dans la peau.
Vous bénéficiez également d’une protection significative contre les types spécifiques d’antioxydants qui s’accumulent dans les couches de la peau et la rétine de l’œil.
La lutéine et la zéaxanthine (carottes, légumes jaunes, chou frisé) et les anthocyanes (myrtilles et autres fruits et légumes bleus) devraient être des aliments de base.
Ces antioxydants protègent également le collagène dans les vaisseaux sanguins et d’autres parties du corps.

En résumé,

Tout le monde devrait penser à protéger et à reconstruire son collagène, mais surtout ceux qui sont en train de déprécier une maladie chronique.
Rappellons que pour se nourrir, la borrelia détruit les structures de notre corps qui sont faites de collagène. Au plus notre collagène est détruit, au plus les symptômes de la maladie sont aigus.
La bonne nouvelle est que les tactiques qui fonctionnent le mieux pour aider à maintenir des niveaux sains de collagène sont les mêmes que celles qui sont les plus efficaces pour vaincre la maladie de Lyme, la fibromyalgie et le Syndrome de fatigue Chronique .
Suivez les conseils ci-dessus et vous ferez un double devoir pour votre santé et votre bien-être.
N’hésitez pas à vous supplémenter en Vitamine C indispensable au système immunitaire env. 1000 à 3000 mg par jour. (L’idéal est de prendre de la Vitamine C Liposomale ) et également se supplémenter en Sélénium : 200 mcg par jour.

  • Remodulation immunitaire :

Au plus le système immunitaire est fort, au plus la borrelia a du mal à se développer à notre insu.
D’après BUHNER, utilisez l’Ecorce de Uncaria tomentosa (griffe de chat sans TOA), Mycélium de Cordyceps, Withania somnifera, Eleutherococcus senticosus, Glycyrrhiza (racine de réglisse)

  • Anti-spirochete :

    Capsules d’Andrographis paniculata.
    Commencez avec une faible dose et augmentez progressivement. Prendre une capsule de 600 mg 3 fois par jour pour commencer, pendant une semaine. Ensuite, si aucun effet secondaire, augmentez à 2 capsules 3 fois par jour.
    Veuillez consulter la liste d’effets secondaires pour cette plante : des réactions allergiques désagréables peuvent survenir.
    Les personnes souffrant de troubles de la vésicule biliaire doivent s’abstenir de prendre de l’Andrographis, la plante pouvant provoquer des contractions de cet organe, selon des résultats d’essais menés sur des animaux.
    Éviter les extraits dont la teneur en andrographolides est supérieure à 12%.

4/l’UTILISATION DES HUILES ESSENTIELLES

Pour agir sur la maladie de Lyme et les co-infections, il faut utiliser des huiles essentielles bactéricides, antivirales et fongicides.
Les principales HE anti-infectieuses pour Lyme sont :

  • Origan Compact (Origanum Compactum),
  • Cannelle de Ceylan (Cinnamomum zeylanicum),
  • Clou de girofle (syzygium aromaticum ou eugenia caryophyllus, ce sont deux noms qui désignent le girofle),
  • Sarriette des montagnes (Satureja montana L.),
  • Thym saturéoïde ou Thym à linalol ou thym à thujanol.

Il en existe beaucoup d’autres, des formules ou combinaisons adaptées à chaque cas.
Attention ces huiles essentielles sont très puissantes, très fortes, elles peuvent irriter la peau ou les voies digestives si elles ne sont pas prises conformément à leur posologie et précautions d’emploi.

5/EN RESUME

De nombreux protocoles existent.
A chacun de faire son choix avec l’aide de son médecin.
Il est important de mettre toutes les armes de son côté quand on s’attaque à une maladie telle que celle-ci.
Il est donc important d’utiliser tout ce qui peut apporter un bénéfice.
La médecine conventionnelle peut offrir notamment des antibiotiques qu’il faut prendre, surtout après une piqûre. La place de la naturopathie, dont notamment de la phytothérapie et aromathérapie est importante.
Non seulement on peut lutter extrêmement efficacement contre les bactéries (spirochètes), mais on peut aussi participer à la modulation immunitaire ainsi qu’à la lutte contre les symptômes.

Vous trouverez une grande partie des produits cités plus haut ici

Franck Berger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top