LES CAUSES DE LA MALADIE DE LYME

Quelles sont les causes de la maladie de lyme
1/Une immuno-dépression

On sait que la différence entre les porteurs sains asymptomatiques et les lymés n’est pas l’absence de Borrelia, car la majorité de la population mondiale est porteuse de ces bactéries mais la majorité de la population n’est pas malade de Lyme.
Plusieurs théories sont étudiées, mais ce qui semble le plus probable est que ce soit la présence d’une ou plusieurs co-infections qui soit déterminante dans le déclenchement de cette maladie.
Or, notre système immunitaire est censé ne pas laisser ces co-infections s’installer.
Il semble donc soit que Borrelia aie des propriétés immuno-dépressives assurant, à long terme, la pérennité de co-infections, soit qu’un autre facteur joue un rôle dans l’apparition d’une immuno-dépression qui permettrait aux co-infections de s’installer et à Borrelia de se multiplier.
La présence de bactéries non commensales (Borrelia ou co-infections) sur du long terme suffit à elle seule pour expliquer les symptômes articulaires et fibromyalgiques de la maladie de Lyme, puisque l’on sait que toute bactérie ou protozoaire génère des toxines, que ces toxines sont facteur de fibromyalgie et finissent stockées dans les articulations par notre système lymphatique, où elles créent des douleurs.
Une immuno-dépression est toujours source de maladies auto-immunes.
Dans ce cas il est conseillé d’utiliser des MODULATEUR DU SYSTEME IMMUNITAIRE ( Huile de nigelle, Samento sans TOA).

2/ le Leaky Gut Syndrome ( LGS ) : hyper perméabilité intestinale

Très souvent les lymés souffrent de multiples intolérances alimentaires, de maladies auto-immunes, du syndrome du colon irritable, et du Candida albicans. Tous ces maux sont en corrélation avec une hyper-perméabilité intestinale, et on constate une rémission plus rapide des lymés ayant résolu cela.
Il y a bien sur d’autres causes du GLS notamment :
– le stress chronique
– les toxines: nous sommes en contact avec plus de 80 000 produits chimiques et toxines chaque année, mais les pires offensives viennent des antibiotiques, des pesticides, de l’eau du robinet, de l’aspirine et des AINS (anti-inflammatoires)
– la dysbiose : déséquilibre entre les espèces de bactéries bénéfiques et nuisibles dans votre intestin

 

Au quotidien, l’intestin joue son rôle de barrière de protection : sa paroi permet le passage de macromolécules nécessaires a sa survie (les aliments issus de la digestion, l’eau, les minéraux), mais bloque l’entrée aux molécules indésirables comme les bactéries ou les molécules étrangères.
La paroi intestinale d’un individu en bonne santé se renouvelle a 100% toute les 72 heures en moyenne , et sa superficie est plus ou moins égale à un terrain de tennis.
Mais lorsqu’on souffre de perméabilité intestinale, l’intestin n’est plus capable de jouer sa fonction de barrière de protection : ainsi toutes les molécules d’origine alimentaire ou bactérienne ne vont pas être stoppées, elles traversent la muqueuse intestinale et arrivent dans le sang.
Une fois dans la circulation sanguine, ces substances vont intoxiquer l’organisme et acidifier le plasma : il en résulte des réactions inflammatoires.
Les conséquences du Syndrome de l’intestin poreux:
– Entrée massive d’antigènes
– Entrée massive de pathogènes
– Entrée massive de toxines
– Entrée d’aliments non digérés
– Augmentation du travail du foie
– Augmentation du syndrome de fatigue chronique
– Fragilisation de l’organisme

Ainsi apparaissent inévitablement : douleurs, irritations, amoncellement de toxines, inflammations.
Il faut donc impérativement arrêter d’alimenter cette perméabilité intestinale et donc ainsi le processus inflammatoire (et les irritations qui en découlent).
La perméabilité intestinale est notamment régulée par une protéine: la zonuline, mais il existe malheureusement des aliments qui perturbent cette zonuline. Pour guérir l’intestin perméable efficacement il y a un processus en quatre étapes qui comprend : Source : sante-nutrition.org

  • Retirer les aliments et les facteurs qui nuisent aux intestins

Pour lutter contre l’intestin perméable, nous ne devons donc pas manger d’aliment perturbateur de la zonuline notamment:
La gliadine (gluten)
Les lectines (Il s’agit, notamment, des légumineuses (lentilles, haricots, flageolets, fèves, pois, soja), et des céréales (toutes, y compris celles sans gluten tels que le quinoa, sarrasin, millet, etc)
Pour diminuer la quantité de lectines, le trempage ou la germination des graines, céréales, légumineuses, oléagineux sont essentiels même si cela n’élimine pas totalement la lectine qu’ils contiennent.
Les produits laitiers, les fruits de mer, les végétaux de la famille des solanacées (pomme de terre, tomate, aubergine, piment…).
Les oléagineux (noix, noisettes, amandes, etc)
Le maïs
Les œufs
Les graines crues
Les baies de Goji.
Les histamines, ou histamino-libérateurs peuvent aussi provoquer un LGS et / ou une réponse auto-immune, pouvant déclencher une avalanche de cytokines.
De plus, d’autres les facteurs perturbent la production de zonuline:
– Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine …)
– La chimiothérapie et radiothérapie
Déficience en Zinc et Vit D.
Il est inutile de tout supprimer de votre régime alimentaire car peut être qu’un seul de ces aliments ne vous convient pas!

  • REMPLACEZ par des aliments guérisseurs:
  1. Bouillon d’os
  2. Produits laitiers crus fermentés et bio – contiennent des probiotiques et des qui peuvent aider à guérir l’intestin. Le kéfir fermenté, yaourt bio au lait cru, lait « amasai », beurre bio au lait cru, fromage bio au lait cru, sont quelques-uns des meilleurs.
  3. Légumes fermentés – Contiennent des acides aminés qui équilibrent le pH intestinal et des probiotiques pour protéger les intestins. La choucroute, le kimchi et le kwas sont d’excellentes sources.
  4. Noix de coco
  5. Graines germées – Les graines de chia, graines de lin et graines de chanvre germées sont d’excellentes sources de fibres qui peuvent favoriser la croissance des bactéries bénéfiques;
  • REPARER avec des suppléments spécifiques
  1. Pro-biotiques
  2. Enzymes digestives avec le REGULATE PRO, graines de papaye, capsaïcine, Serrapeptase, la Coenzyme Q10 (catalyseur indispensable au fonctionnement des enzymes qui apporte un équilibre métabolique optimum enzyme/coenzyme)
  3. L-Glutamine, un acide aminé qui aide à sceller les jonctions serrées des intestins (on le trouve dans les amandes, graines de courges,…)
  4. Racine de réglisse qui apaise les muqueuses et répare l’intestin (on peut associer du curcuma pour cicatriser les muqueuses)
  5. Quercétine. Les câpres et la livèche sont les plus grandes sources de quercétine. On le trouve également dans le Ginkgo biloba.
  6. Le jus d’ALOE VERA pour remplacer le mucus perdu de l’intestin
  7. Sélénium, magnésium, jus d’herbe d’orge, thé vert, cannelle, curcuma
  8. Éliminer les bactéries nuisibles notamment le SIBO (prolifération de divers types de bactéries dans l’intestin qui devraient normalement être trouvés dans le côlon).

TRAITEMENT COMPLET POUR LES SIBO DU DR COWDEN

  • RÉÉQUILIBRER avec des probiotiques

Les pro-biotiques sont les suppléments les plus importants à prendre, car ils aident à reconstituer les bonnes bactéries et à évacuer les mauvaises bactéries.

3/ Candida albicans

Candida albicans, une levure saprophyte commensale, peut devenir un pathogène opportuniste dangereux en cas de déséquilibre provoquant sa prolifération. Les habituelles causes de déséquilibre sont : – consommation d’alcool ou de sucres – prise d’antibiotiques – acidose.
La présence de mycoses externes est déjà un indice important.
Le Candida albicans – comme toutes les levures – prolifère sur terrain acide, et résiste sans problème au pH des sucs gastriques , on trouve donc le Candida albicans dans l’estomac.
Lorsqu’il se met à proliférer, il prend une forme mycélienne et provoque des défauts d’étanchéité dans le pylore, ce qui cause non seulement sa descente dans les intestins mais va surtout provoquer des fuites de sucs gastriques dans les intestins, ce qui est de nature a créer ou favoriser un syndrome de l’intestin poreux.
L’epithelium intestinal étant poreux, le Candida albicans va alors tout naturellement migrer dans le sang après chaque repas, lors du changement de pression osmotique.
Le Candida albicans peut donc être facteur déclencheur ou aggravant d’immuno-dépression, d’acidose et de réactions inflammatoires donc de maladies auto-immunes.

  • Traitement naturel d’une candidose
    Le Candida albicans se nourrissant d’antibiotique, il est recommandé de le traiter naturellement.
    Trois mesures simultanées sont à prendre en considération pour rétablir un bon équilibre de la microflore :
  1. Adopter un régime alimentaire exempt de sucre simples (saccharose, glucose, maltose, lactose) et de levure (pain, bière,etc.), mais riche en ail, oignons, échalotes et en crucifères (tous types de choux) et en huile d’olive. Consommer de la poudre de noix de coco riche en acide caprylique et boire des infusions de romarin, fenouil et gentiane. Proscrire les fromages moisis (à croute fleurie et les bleus).
  2. Ensemencer le tube digestif avec une flore probiotique inhibitrice de la flore fongique.
    Certaines souches des genres Lactobacillus et Propionibacterium Saccharomyces boulardii notamment.
    Notons que pour être efficace il faut que ce probiotique soit consommé le matin à jeun, au moins 1/4 d’heure avant de manger de la nourriture solide, afin qu’il puisse traverser rapidement votre estomac et aller directement dans l’intestin ; c’est-à-dire à un moment où votre pylore est encore ouvert (le pylore est la porte qui ferme l’estomac par le bas, pour que la nourriture solide y reste jusqu’à ce qu’elle soit complètement digérée).
    Il est aussi possible de boire un grand verre d’eau chaude le matin a jeun puis d’avaler une gélule de probiotiques immédiatement après.
    Pour une lutte efficace, il importe de changer de substances régulièrement car il s’habitue à ses ennemis.
    Les aliments lacto-fermentés sont excellents comme stabilisateurs de l’écologie intestinale, le plus connus étant la choucroute : 1 a 2 c. à café par jour à jeun peuvent être très utiles, mieux que d’en ingurgiter des kilos de façon récurrente. Le temps nécessaire à la régénération d’une microflore fortement contaminée par Candida albicans est de l’ordre de 2 à 6 mois selon l’ancienneté de la mycose.
  3. Consommer avant les repas de midi et du soir (et jamais en mélange avec les probiotiques), des extraits végétaux et des huiles essentielles ayant un caractère inhibiteur de la flore fongique. On peut citer les extraits de propolis, d’ail, de sarriette des montagnes, de pin sylvestre, de feuille d’olivier, de cannelle, de clou de girofle, d’arbre a thé, de thym, de pépin de pamplemousse, etc.).
traitement complet pour les CANDIDAS ET FUNGI DU DR COWDEN
4/En conclusion

Pour qu’il y aie maladie de Lyme il faut non seulement la présence de Borrelia, mais aussi au moins l’un des facteurs suivants :
– une co-infection (voir chapitre ci-après)
– une acidose ou un sang à tendance acide (souvent provoqué par des candidas albican et/ou un une hyperméabilité intestinale).
Ceux qui n’ont que Borrelia sont porteurs sains asymptomatiques.
Les schémas possibles pour passer de la borreliose à Lyme sont :

Syndrôme de l’intestin poreux > ACIDOSE > IMMUNO-DEPRESSION > CO-INFECTIONS > LYME.

ou encore :

IMMUNO-DEPRESSION > Candida Albicans > Syndrôme de l’intestin poreux > ACIDOSE > CO-INFECTIONS > LYME.

Dans tous les cas on constate que la bactérie seule n’est rien sans une modification du terrain qui lui permet de se développer, c’est pourquoi il appartient au thérapeute de donner les moyens de rétablir le terrain en plus d’éradiquer les agents pathogènes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top